Résilience

couv13951328

Titre : Résilience

Auteur : Julia M. Tean

Editeur : Rebelle

Prix :  12.90 €

Nombre de pages : 147

Quatrième de couverture : Pour ses dix-neuf ans, Vincent s’est offert un parricide. Il a tué son bourreau. Mais peut-on vraiment se libérer de l’emprise du Mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ? Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s’accepter… pour atteindre la délivrance, sa résilience.

Mon passage préféré :

Il les lève sur Yassir et fait la moue. Il est beau son Algérien avec son sourire rayonnant. Ca lui fait tout drôle dans la poitrine. Son coeur ne bat plus de façon ordinaire. Il ne la fait plus souffrir. Au contraire, chaque pulsation l’emplit d’allégresse.

Mon avis : Il y a quelques années, j’ai eu la chance de rencontrer Julia M. Tean dans un salon du livre (Colmar ou Saint-Louis, ma mémoire me joue des tours). A l’époque, je lorgnais sur sa saga Angela et j’ai acheté le premier tome qu’elle m’a joliment dédicacé. Sauf que je ne l’ai pas encore ouvert. Honte à moi. Quand j’ai découvert les titres des différents challenges Livraddict de cette année, j’ai été ravie de l’y retrouver. A deux reprises ! De plus, la responsable de la bibliothèque où je travaille a récemment découvert cette auteur et bien qu’elle n’ai pas accroché à son style, j’ai trouvé que cela faisait trop de coïncidences pour laisser passer, une fois encore, l’occasion de me plonger dans un des ses romans. Et surtout, Julia M. Tean est alsacienne #RPZ. J’ai donc choisi Résilience qui fait partie du Big Challenge et du Baby Challenge Thriller Livraddict. J’avoue avoir hésité avant de sélectionner cette histoire parce que les sujets abordés ne m’attirent pas du tout d’habitude. Mais la couverture est magnifique, l’univers de l’auteur m’intriguait et le nombre de pages a fini de me convaincre. Le prologue donne le ton. D’entrée, on se sent absorbé dans un déferlement inouï de violence. Vincent vient de tuer son père et son corps brûle dans une fosse, la fumée rance du corps de Frank  l’enveloppant. Les chapitres s’enchaînent dans une alternance d’époques. On navigue entre le présent – l’interrogatoire de Vincent, son arrivée en prison, ses relations avec son codétenu – et le passé – les coups et les humiliations de Frank, les attaques contre les homosexuels et les étrangers pour contenter le père, le premier amour. Les personnages sont tous très réalistes. On les apprécie, on les déteste, on aimerait les prendre dans nos bras ou les envoyer en enfer. Les supplices subis par Vincent sont tout bonnement innommables. J’ai été dégoûtée plus d’une fois, y compris par Vincent lui-même. En fait, il m’a fallu terminer ma lecture pour éprouver de la compassion pour le personnage principal. J’ai eu besoin de prendre du recul pour le comprendre. Je ne peux pas dire que j’ai passé un bon moment avec ce livre. Les thématiques proposées par l’auteur sont bien trop sombres pour cela. Mais j’ai finalement apprécié découvrir cette histoire et le style particulier de Julia M. Tean. Ses phrases courtes donnent énormément de rythme au récit et les chapitres défilent très fluidement à une vitesse folle. La couverture illustre parfaitement l’histoire de Vincent. L’ourson en peluche représentant l’enfance est au sol, négligé, son nœud arborant les couleurs de l’arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT. Une couverture intelligente pour un livre dur mais nécessaire à l’auteur pour faire passer son message. Message poignant inscrit noir sur blanc en fin d’ouvrage.

Note : 15/20

Ce livre en un mot : Dur

Publicités
Cet article, publié dans Chronique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s