Victoria rêve

(Cette chronique a été publiée à l’origine via l’application mobile. Un problème technique a supprimé tout son contenu et j’ai dû la réécrire. Elle est donc considérablement diminuée par rapport à la version originale. Toutes mes excuses)

Titre : Victoria rêve

Auteur : Timothée de Fombelle

Editeur : Gallimard Jeunesse

Prix : 13.50 €

Nombre de pages : 104

 Quatrième de couverture : Victoria voulait une vie d’aventures, une vie folle, une vie plus grande qu’elle. Et l’on disait tout autour d’elle : « Victoria Rêve ». Mais depuis quelque temps, un monde imaginaire débarquait dans son existence. Elle avait l’impression d’une foule de personnages qui descendaient de sa bibliothèque en rappel pour venir semer leur pagaille. Victoria voulait savoir ce qui lui arrivait. Y avait-il un lien avec les livres qui disparaissaient de sa chambre ?

Mon passage préféré :

Le père de Victoria avait deux costumes couleur pigeon, deux cravates et deux paires de chaussures dans les mêmes teintes. Il avait deux manteaux noirs, dont l’un était imperméable. Chaque matin, pendant le petit déjeuner, un homme à la radio lui disait lequel de ces deux manteaux il devait porter. Temps couvert avec risque d’averse ou ciel bleu à volonté. A sept heures cinquante-neuf, quand l’homme de la météo avait parlé, le père de Victoria coupait la radio, se levait, décrochait le manteu recommandé et sortait. Mais jamais personne, dans le poste, n’avait suggéré à quiconque de s’habiller en cow-boy à cause d’un risque d’embuscade au feu rouge de Chaise-sur-le-Pont.

 

Mon avis : Je découvre Timothée de Fombelle et je ne suis pas déçue. La tendresse des mots de l’auteur s’allie à l’amusante incongruité des situations dans lesquelles se retrouve Victoria. Le drame familial qui se joue à Chaise-sur-le-Pont trouve un dénouement plein d’espoir et de poésie. Victoria rêve et fait rêver. J’ai emprunté ce livre à la bibliothèque mais je vais tout de suite le mettre sur ma liste à acheter. J’ai envie de pouvoir me replonger dans cette histoire aussi souvent que possible et surtout, de la faire partager à mon entourage. C’est un véritable coup de coeur.
Note : 20/20

Ce livre en un mot : Tendre

Publicités
Cet article, publié dans Chronique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s