Le Livre des Etoiles, tome 1 : Qadehar le Sorcier

Couverture Le Livre des Étoiles, tome 1 : Qadehar le Sorcier

Titre : Le Livre des Etoiles, tome 1 : Qadehar le Sorcier

Auteurs : Erik L’Homme

Editeur : Folio – Junior

Prix : 7 €

Nombre de pages : 259

Quatrième de couverture : Guillemot est un garçon du pays d’Ys, situé à mi-chemin entre le monde réel et le Monde Incertain. Mais d’où lui viennent ses dons pour la sorcellerie que lui enseigne Maître Qadehar ? Et qu’est devenu Le Livre des Etoiles, qui renferme le secret de puissants sortilèges ? Dans sa quête de vérité, Guillemot franchira la Porte qui conduit dans le Monde Incertain, peuplé de monstres et d’étranges tribus …

Mon passage préféré :

« – Mes maux de tête ! revint à la charge Ambre.

Ses compagnons se moquèrent d’elle.

– Allons, taisez-vous ! dut crier le Sorcier avant de pouvoir continuer, sur un ton qui se voulait rassurant : c’est un phénomène peu courant, Ambre, mais tout à fait explicable ; les effets de la magie sur les individus dépendent de leur nature. Il est possible que tu y sois plus sensible que les autres.

– Maître Qadehar, demanda Gontrand avec un sérieux qui cachait quelque chose, vous dites nature, mais vous voulez parler de taille du cerveau, n’est-ce pas ? Aïe ! Aïe ! »

 

Mon avis : Poussée par le fan-girling de ma meilleure amie, me voilà donc à entamer la trilogie du Livre des Etoiles. Avec un peu d’appréhension, puisqu’elle est totalement dingue de cet auteur, je me suis donc retrouvée embarquée dans les aventures de Guillemot (WTF is that name ?). Si j’avoue m’être un peu ennuyée au début, je peux en revanche affirmer que j’ai apprécié découvrir le Monde Incertain en compagnie de cette joyeuse bande de copains. Vous remarquerez avec un certain amusement que les garçons sont les seuls à avoir des prénoms « originaux ». J’ai trouvé ça un peu dommage. Pourquoi se casser la tête à appeler l’un d’eux Guillemot (ou Romaric ou Gontrand), et se contenter de Coralie, Ambre ou Agathe pour les filles ? Oui, je chipote. C’est qu’en réalité, je n’ai pas grand chose à dire sur ce roman. J’ai eu l’impression que le personnage principal avait deux personnalités. Je ne sais pas vraiment comment l’expliquer. Quand l’auteur nous présente des scènes où la bande est réunie, j’ai eu l’impression d’avoir à faire à des adolescents d’une quinzaine d’années (alors qu’ils n’en ont que douze). Mais dès que Guillemot se retrouve seul avec Qadehar, c’est comme s’il retombait en enfance et je ne lui aurait pas donné plus de dix ans. C’était assez étrange, comme sensation. Je me suis plusieurs fois demandé si je n’allais pas arrêter la trilogie après ce tome. Mais au final, le deux suivants ne sont pas très longs et le cliffhanger de ce premier opus est vraiment intrigant. Je ne regrette pas de l’avoir choisi, d’autant qu’il me semble que si je l’avais lu au moment de sa sortie (2001), je l’aurais vraiment adoré. C’est moche de vieillir … (j-7 avant mon anniversaire).

Note : 15/20

Ce livre en un mot : Sympathique

Challenge Un mot, des titres

Publicités
Cet article, publié dans Chronique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s