Quantic Love

Couverture Quantic love

Titre : Quantic Love

Auteurs : Sonia Fernandez-Vidal

Editeur : Hachette

Prix : 14,50 €

Nombre de pages : 280

Quatrième de couverture : L’été de ses 18 ans, Laïla part travailler comme serveuse dans un centre de recherche scientifique à Genève. Autant dire qu’elle voit ça comme le-petit-boulot-le-moins-sexy-de-la-terre-et-de-l’univers-visible-et-invisible … Pas de doute, un tel endroit est peuplé de « grosses têtes » qui ne lèvent jamais le nez de leur thèse. Pourtant, à peine arrivée, elle se retrouve dans son élément : ce lieu est digne d’une « auberge espagnole », toutes les nationalités se croisent et donc … toutes les rencontres sont possibles, y compris LA rencontre !

Mon passage préféré :

La chemise de Brian s’est ouverte et tous ses papiers se sont éparpillés sur le sol de la chambre. Plus fâchée contre lui que contre ses notes, je me suis mise à ramasser les feuilles et mon regard est tombé sur quelque chose qui n’était pas une équation mathématique. Sur une des feuilles, le visage d’une fille était dessiné au crayon avec un luxe de détails. Aucun doute n’était possible : ce visage, c’était le mien.

Mon avis : C’est une petite déception, en ce qui me concerne. Chaque personnage vient d’un pays différent et bien qu’ils étudient presque tous la même chose, je m’attendais à ce que la langue soit une sorte de barrière à franchir. Quelque chose qui aurait pu ajouter un peu d’humour à ce roman qui n’en est pas assez pourvu, selon moi. En fait, tout le monde se comprend très bien au dès la première conversation. Ensuite, le triangle amoureux et l’issue vers laquelle on tend tout du long était vraiment très prévisible. Avec toutes les insinuations d’Angie, j’avais même deviné pour quelle raison Laïla allait pencher vers Alessio plutôt que vers Brian pendant une certaine période. Le personnage de Brian est celui qui m’a le plus emballée. Il est tellement intelligent et sensible. Cette facilité avec laquelle il vulgarise la science pour que Laïla puisse comprendre de quoi il s’agit est très touchante. Et franchement, il n’y a que quand c’est lui ou elle qui expliquent quelque chose de scientifique que j’ai vraiment compris. Parce que sinon, j’étais un peu comme Laïla : complètement paumée parmi toutes ces grosses têtes. J’ai beaucoup aimé le côté : une étrangère débarque pour servir le café et tout le monde l’apprécie. Elle fait les meilleurs cafés du monde et elle a deux garçons à ses pieds … Ce scénario change un peu de ce que j’ai déjà lu. Mais au final, cela n’a pas suffit à me convaincre plus que ça. C’est d’ailleurs uniquement grâce à ce scénario original que je donne la moyenne à ma lecture. Sans ça, nous aurions été loin de l’atteindre.

Note : 10/20

Ce livre en un mot : Léger

Publicités
Cet article, publié dans Chronique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s