Esprit d’hiver

Couverture Esprit d'hiver

Titre : Esprit d’hiver

Auteur : Laura Kasischke

Editeur : Christian Bourgois

Prix : 20 €

Nombre de pages : 276

Quatrième de couverture : Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant …

Mon passage préféré :

Personne ne naît sans héritage. Comment avait-elle pu croire pendant toutes ces années, qu’il en était autrement ? Holly aurait dû savoir mieux que quiconque que les gênes sont le destin. Que le passé réside en soi. Qu’à moins de le trancher ou de se le faire amputer par opération chirurgicale, il vous suit jusqu’au jour de votre mort.

Mon avis : J’ai découvert ce livre en lisant le numéro de septembre du Vanity Fair français. La façon dont il était présenté m’a intriguée, bien que ce ne soit pas du tout mon style de lecture habituel. C’est la première fois que je lis cet auteur et j’ai été agréablement surprise. Je dois vous avouer qu’au départ, je n’ai pas vraiment été convaincue. Il y a vraiment beaucoup de répétitions dans ce livre. C’est comme si l’auteur disait quelque chose à un moment et que plus tard, elle oubliait l’avoir dit. Ca fait un peu « Au fait, j’ai oublié ça ». Mais la raison pour laquelle on trouve ça bizarre, c’est qu’il est presque impossible de comprendre ce qui se passe vraiment avant la dernière page. Alors finalement, c’est extrêmement bien joué de la part de Laura Kasischke. Avec cette phrase très souvent employée : « Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux », le suspense est à son comble tout au long du récit. Parce que même si à certains moments, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire : « Oui, c’est bon, j’ai compris qu’il y a quelque chose qui cloche ! », cette réflexion était constamment suivie par un « Mais qu’est-ce que c’est que ce truc qui les a suivi ?! » Et quand on ferme le roman après avoir lu la dernière page, sur cette révélation qui donne enfin tout son sens à l’histoire, on ne peut s’empêcher d’être choqué. Et c’est bon. Il y a longtemps qu’un livre ne m’avait pas fait cet effet-là. Depuis Une place à prendre de J. K. Rowling, en fait. Véritable thriller psychologique, l’Esprit d’hiver de Laura Kasischke est d’une noirceur absolue et effarant. C’est la claque de cette rentrée littéraire.

Note : 17/20

Ce livre en un mot : Stupéfiant

La Plume de l'Argilète

Publicités
Cet article, publié dans Chronique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s