Clairvoyance, tome 2 : La falaise écarlate

Clairvoyance, tome 2 - La falaise écarlate

Titre : Clairvoyance, tome 2 : La falaise écarlate

Auteur : Amélie Sarn

Editeur : J’ai lu

Prix : 12 €

Nombre de pages : 219

Quatrième de couverture : Elle s’est recroquevillée. Tout son corps est douloureux. Ses bras, son dos, son ventre. Partout où il l’a frappée. Il n’a épargné que son visage. Comme chaque fois. Elle le hait, du plus profond de son âme. Dès qu’il est apparu dans l’encadrement de la porte, elle a su ce qui l’attendait. Il est devenu un autre homme. Presque du jour au lendemain. Et elle repense à toutes ces mises en garde … qu’elle n’a pas voulu entendre … Pourquoi ?

Mon passage préféré :

Je sais que nous sommes juste au-dessus du petit surplomb sur lequel j’ai atterri il y a trois nuits. Je fais volte-face et je saute. Je me raccroche de justesse. Il a couru et son visage apparaît au-dessus de moi. Sa grosse main plaquée sur la bouche de Mel empêche cette dernière de crier. Sans desserrer son étreinte, il entreprend de me rejoindre. Je n’y vois presque rien, mais je descends plus bas. Du bout du pied, je sens la roche et les algues. Mes doigts enserrent des prises rugueuses. Son souffle est rauque. Son fardeau semble à peine le gêner et il va plus vite que je ne m’y attendais. De ce côté, un creux trop large m’oblige à changer de sens, ma chaussure glisse, ma joue râpe les rochers. Il est tout près. Il se penche, essaie de m’attraper le poignet, mon mouvement pour me soustraire est trop brusque … Ma main gauche a lâché, ma main droite s’agrippe à des algues visqueuses, mes pieds se dérobent. Je tombe.

Mon avis : Je dois bien avouer que j’ai lu peu d’auteurs capables de vous entraîner dans leur histoire dès la première page de leur roman. Ce deuxième tome de la saga Clairvoyance prouve qu’Amélie Sarn fait indubitablement partie de cette catégorie. Dans ces nouvelles aventures, Emma part en vacances chez son père et la nouvelle compagne de ce dernier. C’est pour nous l’occasion de rencontrer une pléiade de nouveaux personnages avec chacun son histoire et sa personnalité bien définie. De plus, comme pour le premier tome, j’ai été bien incapable de découvrir le fin mot de l’histoire avant l’héroïne. C’est ce qui me plait énormément dans l’écriture d’Amélie Sarn. Son personnage fait des rêves dans lesquels elle est la victime. Elle voit à travers ses yeux. C’est exactement ce qui se passe pour nous, lecteurs. On vit le récit à travers les yeux d’Emma, en même temps qu’elle. On a le même raisonnement au même moment. Ce que je trouve également très agréable, c’est qu’après lecture du premier tome, je ne m’étais pas posé plus de questions que cela concernant Emma. Mais dans ce second volet, l’auteur réussi à nous dévoiler des informations sur sa personnalité alors qu’elle apparaissait comme un personnage plutôt commun (si l’on fait abstraction des rêves et visions, bien entendu). De ce fait, on a envie d’en savoir plus sur cette jeune fille, de découvrir qui elle est, ce à quoi elle aspire. Encore une fois, les illustrateurs ont fait un travail remarquable qui ne prend réellement tout son sens qu’à la fin de l’histoire. Et c’est d’autant plus exceptionnel. On se demande toujours : « Ok, c’est sublime, mais pourquoi une bille ? » Et à la fin c’est plutôt : « Ah ben oui, c’est évident. » J’apprécie particulièrement les incursions dans l’esprit des victimes, les rêves et visions d’Emma. Ces passages sont toujours tellement chargés en émotion et les avoir imprimés en italique leur donne selon moi un aspect intemporel, presque magique. Mais certainement me direz-vous que rêver de jeunes filles mortes et ainsi pouvoir élucider leur assassinat n’est pas vraiment ce qu’il y a de plus naturel. Soit. Je conseille vraiment cette saga comme première lecture thriller pour les jeunes. C’est haletant mais bourré de questions adolescentes et très bien écrit. Je pense que les romans d’Amélie Sarn constituent une bonne approche au genre pour les non-initiés. Autre exploit : l’auteur réussi à jongler entre rires et larmes avec toujours l’évocation de thèmes parfois tabou. Dans ce tome, il est question de famille recomposée, de femmes battues, de suicide et d’homosexualité. Ces sujets peuvent sembler plutôt lourd à aborder mais Amélie Sarn réussi à nous les faire entendre sans difficulté et c’est seulement après lecture qu’on se rend compte qu’ils faisaient partie du récit. Relativement court (moins de 220 pages), ce second volet de la saga Clairvoyance se dévore en moins d’une journée tant on ne peut en détourner les yeux. L’auteur a réussi à fidéliser ses lecteurs. Et puisqu’il ne peut en être autrement, à quand le troisième tome ?

Note : 19/20

Ce livre en un mot : Fantastique

La Plume de l'Argilète

Publicités
Cet article, publié dans Chronique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s