Le chardon et le tartan, tome 2 : Le talisman

Titre Le chardon et le tartan, tome 2 : Le talisman

Auteur : Diana Gabaldon

Editeur : Presses de la Cité

Prix :   20.80 €

Nombre de pages : 780

Quatrième de couverture : [ATTENTION, L’EDITEUR N’A PAS JUGE OPPORTUN DE NE PAS DIVULGUER LE CONTEXTE PARTICULIER DE CE DEUXIEME TOME = SPOILERS] 1968. A la mort de son mari, le docteur Beauchamp-Randall emmène sa fille en Ecosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d’extraordinaires aventures. Là, elle révèle à Brianna l’incroyable secret qu’elle n’a jamais dévoilé depuis qu’elle fut retrouvée inanimée auprès d’un menhir, dans un ancien site mégalithique, après trois années d’une absence inexpliquée. Ce second volet des aventures de Claire Beauchamp à travers l’Histoire entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l’Ecosse où ils sont devenus hors-la-loi, Claire et Jamie, le jeune Highlander qu’elle a épousé, gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d’Ecosse et d’Angleterre, venu solliciter l’appui de son cousin Louis XV. Leur objectif : décourager ses tentatives d’accession au trône qui, Claire le sait, marqueraient à coup sûr le début d’une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l’Histoire. Pour cela, il devra affronter un monde sans pitié où il ne pourra compter que sur lui-même et la force de son amour avant de découvrir, à ses dépens, qu’on ne joue pas impunément avec la destinée humaine.

Mon passage préféré :

– C’est pourquoi j’ai conclu un marché avec Fergus. Il s’engage à faire son possible pour m’obtenir ce que je veux et je lui assure en retour la nourriture, un toit, des vêtements et trente écus par an. S’il se fait prendre pendant qu’il travaille pour moi, je ferai de mon mieux pour le faire libérer. Si c’est impossible et qu’on lui coupe une main ou une oreille, je m’engage à l’entretenir à vie, vu qu’il ne pourra plus exercer sa profession. Et s’il est pendu, alors je promets de faire dire une messe pour le repos de son âme une fois par an. Ca me semble équitable, non ?

Je restai bouche bée.

– Doux Jésus ! fut tout ce que je trouvai à dire.

– N’invoque pas Notre-Seigneur, Sassenach. Prie plutôt saint Dismas, le patron des voleurs et des traîtres.

– Je vois.

Je regardai notre nouvel employé. L’enfant était toujours occupé avec son bilboquet, ses yeux noirs fixés sur la boule en ivoire.

– Où l’as-tu déniché ? demandai-je intriguée.

– Dans un bordel.

– Ah ? Ben voyons !

Mon avis : [JE ME PLAINS DE L’EDITEUR, MAIS JE FAIS LA MEME CHOSE] J’avais lu le premier tome d’Outlander avant de regarder la saison 1 de l’adaptation télévisée. Je ne pouvais pas commencer la saison 2 sans avoir lu le deuxième tome. Je n’ai maintenant qu’une hâte : voir tout ce que j’ai lu prendre forme dans mon écran et enchaîner avec le tome 3, dont je ne lirai pas le synopsis. Quand j’ai ouvert Le talisman, je me suis demandé : « Mais qu’est-ce que je fais là ? » Il m’a semblé que j’avais loupé un épisode. Et en vérité, c’était exactement ça. [Spoilers] J’avais raté vingt ans de la vie de Claire. Fort heureusement, même si j’ai été déçue de ne pas retrouver Jamie tout de suite, [/Spoilers] j’ai plongé en plein Paris de 1744 au bout de quelques chapitres. C’est d’ailleurs à partir de ce moment que je n’ai pas pu lâcher mon roman. Pour Jamie et surtout pour Claire, la vie à la cours de Louis XV est presque pire que la vie dans les Highlands. On découvre cette société et son quotidien sous un nouveau jour. Celui des complots, de la crasse, de la vulgarité et de toutes les petites horreurs du quotidien. Paradoxalement, c’est rafraîchissant parce que cela nous est présenté à travers le point de vue de Claire qui possède un regard très scientifique, emphatique et plein de sagesse puisque sans y avoir déjà vécu, elle est familière avec ce « nouvel » univers. Diana Gabaldon est particulièrement douée pour nous faire rire, pleurer, frissonner de plaisir et d’effroi. Et tout ceci, dans un seul et même chapitre. Les personnages sont toujours aussi incroyables, malgré les nombreuses épreuves qu’ils doivent surmonter. J’ai adoré retrouver Claire, Jamie, Murtagh et les autres. Découvrir de nouveaux personnages est un enchantement. Fergus et Maître Raymond sont formidables. J’avais un peu peur que le côté politique très présent ne soit ennuyeux mais finalement, c’est passionnant. D’autant plus que cet aspect est teinté des croyances de l’époque. Les descriptions des villes et des paysages sont grandioses et donnent immanquablement envie de filer prendre l’avion pour se perdre dans ces contrées. Quant à la fin de ce deuxième tome… Qu’on m’apporte immédiatement la suite ! J’ai eu beau tourner les pages suivantes avec frénésie, cette dernière phrase est bel et bien la dernière et elle a eu le don de m’assommer ! Quel cliffhanger !

Note : 20/20

Ce livre en un mot : Extraordinaire

Publié dans Chronique | Tagué , | Laisser un commentaire

Ethan Frome

Résultat de recherche d'images pour "ethan frome wharton mercure de france"

Titre Ethan Frome

Auteur : Edith Wharton

Editeur : Mercure de France

Prix :   14.85 €

Nombre de pages : 200

Quatrième de couverture : Ethan Frome, dans une petite ferme du Massachusetts, est sous la domination de sa femme Zenobia, une mégère. L’arrivée de Mattie Silver, une cousine de Zenobia, illumine la vie d’Ethan en lui apportant de la douceur et de la compréhension. Mais elle déchaîne la jalousie de la redoutable Zenobia, qui va réussir à chasser la jeune fille.

Mon passage préféré :

– A quoi bon, pour toi comme pour moi, s’en aller où que ce soit sans l’autre, à présent ?

Mon avis : J’ai lu ce roman dans le cadre du Baby Challenge Classique 2017 de Livraddict. Une histoire d’amour au tout début du 20e siècle ne pouvait que me plaire. Je n’ai pas été déçue. L’histoire est très courte mais on a largement le temps de s’imprégner de l’ambiance glaciale des nuits d’hiver dans la ferme d’Ethan Frome. Edith Wharton a choisi de commencer son récit par la fin puis de remonter le temps pour nous permettre de découvrir en détails le destin de son personnage principal. C’est bien pensé parce qu’à chaque page qu’on tourne, on s’attend à être témoin de ce qu’on sait être censé se produire. Sauf que l’auteur conserve le suspense jusqu’au bout et que finalement, on ne savait pas tout. J’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture. L’amour entre Ethan et Mattie est tellement pur. C’est incroyablement émouvant. Edith Wharton a une façon simple de décrire les événements et les sentiments de ses personnages. Il s’agit du premier amour pour Mattie et finalement, peut-être bien que c’est le cas aussi pour Ethan. L’auteur insuffle ainsi un vent de naïveté à son récit. Et cette fraîcheur, qui n’a rien à voir avec le froid glacial de l’hiver au cours duquel se déroule notre histoire, est pleine d’espoir. L’espoir fait vivre, nous dit l’adage. Mais à quel prix ? Quand survient la fin du récit, on s’attend à prendre une claque et à devoir sortir les mouchoirs. Mais ça aurait été un destin trop logique et facile pour Edith Wharton qui a décidément choisi de condamner Ethan Frome à passer le reste de ses jours dans une aura de misère financière et affective. Mais pas de la manière dont on pourrait le croire…

Note : 17/20

Ce livre en un mot : Beau

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

La guerre des clans, tome 1 : Retour à l’état sauvage

Titre : La guerre des clans, tome 1 : Retour à l’état sauvage

Auteur : Erin Hunter

Editeur :Pocket Jeunesse

Prix :   7.40 €

Nombre de pages : 306

Quatrième de couverture : Depuis des générations, fidèles aux lois de leurs ancêtres, quatre clans de chats sauvages se partagent la forêt. Mais le Clan du Tonnerre court un grave danger, et les sinistres guerriers de l’Ombre sont de plus en plus puissants. En s’aventurant un jour dans les bois, Rusty, petit chat domestique, est loin de se douter qu’il deviendra bientôt le plus valeureux des guerriers…

Mon passage préféré :

« Le Clan des Etoiles m’a envoyé un message il y a quelques lunes, avant ton arrivée dans la tribu. Je sens qu’il faut que je te le répète, à présent. Nos ancêtre m’ont dit que seul le feu sauverait notre Clan. »

Il [Nuage de feu] la dévisagea, perplexe, mais le regard étrange de la guérisseuse avait disparu.

« Fais attention à toi, reprit-elle.

– A bientôt », fit-il, hésitant.

Il repassa le tunnel de fougères. Les paroles mystérieuses de la jeune chatte résonnaient dans sa tête, incompréhensibles. Pourquoi avait-elle voulu les lui confier ? Le feu était pourtant l’ennemi de tous les habitants de la forêt. Il secoua la tête, troublé, et se dirigea vers la tanière des apprentis.

Mon avis : Ce roman fait partie de trois challenges Livraddict cette année. Je suis donc allée l’emprunter à la bibliothèque. J’ai un peu de mal à rédiger cette chronique parce que je suis très mitigée concernant ma lecture. J’ai apprécié la plume de l’auteur, l’histoire et les personnages. Tout est très réaliste. On sent qu’Erin Hunter s’est beaucoup documentée pour fournir une histoire aussi crédible que possible. Et c’est réussi. Au début, j’avais un peu peur de ne pas m’y retrouver quand j’ai découvert la liste incroyablement longue des personnages. Mais au final, je m’en suis bien sortie. En réalité, ce qui m’a dérangée est assez paradoxal. En effet, j’ai été très émue à plusieurs reprises. J’ai senti mon estomac se contracter au moins quatre fois au court de ma lecture. Si cela prouve que l’auteur a parfaitement réussi à faire en sorte que je m’imprègne de son histoire, mon émotion était malheureusement toujours teintée d’une pointe de répulsion. Je me suis rendue compte il y a quelques temps, que je pouvais lire des histoires pleines de morts, de sangs et de tueurs en série sans problème. Aujourd’hui, je réalise qu’il y a des limites à ce que mon imagination peut supporter. Si vous touchez aux animaux, oubliez-moi. Ici, l’histoire n’est pas du tout horrifique ou gore. Mais certains personnages meurent et c’est trop douloureux pour moi de penser à ses pauvres petits animaux. Surtout après la perte de mon bébé chat d’amour juste avant Noël, emporté par un chauffard à l’aube de ses cinq ans. Je pense que cette histoire mérite une très bonne note parce qu’elle m’a emportée complètement. Mais si on dit toujours qu’une mauvaise note ne signifie pas forcément que l’ouvrage est mauvais, je constate ce matin qu’une bonne note ne signifie pas toujours que l’aventure était excellente.

Note : 16/20

Ce livre en un mot : Etrange

Publié dans Chronique | Tagué , | Laisser un commentaire

Strom, tome 1 : Le Collectionneur

Titre : Strom, tome 1 : Le Collectionneur

Auteur : Emmanuelle de Saint Chamas, Benoît de Saint Chamas

Editeur : Nathan

Prix :   13.50 €

Nombre de pages : 299

Quatrième de couverture : Dans les sous-sols du Louvre, une société occulte oeuvre pour protéger l’humanité : la confrérie des Chevaliers de l’Insolite. Elle préserve le secret de l’existence de mondes insoupçonnés, invisibles au commun des mortels. Aujourd’hui, l’organisation recrute la prochaine génération de chevaliers. Raphaël et Raphaëlle sont de ceux-là. Maîtrise des sciences paranormales, télépathie, lévitation, les jumeaux développent, en parallèle de leur vie de collégiens ordinaires, les capacités inexplorées de leur esprit. Désormais initiés aux pouvoirs du Strom, ils se lancent bientôt à la recherche d’un objet précieux, dérobé à la confrérie par un mystérieux collectionneur…

Mon passage préféré :

Un mélange désagréable d’odeur âcre et de moisi envahit ses narines. Un épaisse poussière recouvrait les meubles et le sol était jonché de boîtes de conserve vides. Il éternua trois fois de suite, en rafale, comme s’il vidait le chargeur d’une arme.

– A tes souhaits, dit-il pour lui même.

Et :

– Merci, se répondit-il avec courtoisie.

Mon avis : J’ai choisi ce livre parce qu’il fait partie d’un des challenges de Livraddict. L’histoire me paraissait intéressante et je me suis laissée convaincre, même s’il s’agit plutôt d’un roman pour enfants. J’ai vraiment aimé découvrir l’univers créé par les auteurs. L’idée de rendre l’insolite réel est originale. On se représente facilement les décors puisque tout se déroule à Paris. Les personnages sont tous attachants. J’ai tellement l’habitude de lire des histoires traduites de l’anglais ou de l’américain que j’ai eu tendance à prononcer leurs noms de famille à l’anglaise dans ma tête. Mais je ne suis vite reprise. Les jumeaux sont touchants, Tristan est formidable et j’ai hâte d’en savoir un peu plus sur la famille d’Arthur. Les komolks sont trop mignons. J’aimerais bien en adopter un. Les aspects magiques sont très bien abordés. On comprend facilement comment ça fonctionne et on obtient les réponses à nos questions au fur et à mesure quelles émergent. L’intrigue de ce premier tome pourrait paraître simpliste si elle ne se révélait pas être incroyablement émouvante. D’ailleurs, la fin m’a donné envie de découvrir un autre classique. Je vais essayer de me le procurer à la bibliothèque. En refermant ce premier tome, j’étais ravie et en même temps légèrement dégoûtée. En effet, j’avais vraiment envie de découvrir la suite des aventures de Raphaëlle et Raphaël, surtout après le cliffhanger sympathique, mais je n’avais pas envie de me lancer dans une nouvelle série. Heureusement, il se trouve que seulement 3 autres tomes ont été écrits, dont un hors-série. Il serait question d’une « deuxième saison » en préparation mais le dernier tome de la trilogie date de 2011, alors… Je vais probablement aller chercher les deux tomes suivants vendredi à la bibliothèque pour pouvoir enchaîner sur la suite de mes challenges. En attendant, je vais me plonger dans le théâtre Shakespearien.

Note : 17/20

Ce livre en un mot : Amusant

Publié dans Chronique | Tagué , , | Laisser un commentaire

La drôle d’évasion

Titre : La drôle d’évasion

Auteur : Séverine Vidal

Editeur : Sarbacane – Pépix

Prix :  9.90 €

Nombre de pages : 153

Quatrième de couverture : Cette année, Zach passe ses vacances à San Francisco pour visiter la prison d’Alcatraz. Une prison dont personne ne s’est jamais évadé. Personne, sauf peut-être les trois célèbres « évadés d’Alcatraz »… Eux, ils ont réussi. Zach en est sûr et il va le prouver : en refaisant leur évasion !

Mon passage préféré :

« Me revoilà. Je sais, c’est pas toujours facile de suivre. Mais OUI, encore OUI : chez nous, c’est mon père qui porte (parfois) des jupes quand il travaille. Jamais dans la rue, ouf. Il a des origines écossaises et ça se fait, là-bas, de porter un kilt à carreaux. Papa dit que ça reste quand même plus élégant qu’un vieux jogging délavé. Et puis, c’est la tradition chez ces ancêtres. Une tradition confortable et un peu rigolote, parce que sous leurs jupes, les vrais Ecossais ne portent pas de caleçon. Je n’ai jamais demandé à Papa s’il respectait la tradition jusqu’au bout. D’ailleurs, je préfère ne pas savoir.

Mon avis : Ce roman pour enfant fait partie des jokers du Baby Challenge Jeunesse de Livraddict. C’est pour cette raison qu’il s’est retrouvé dans mon sac la dernière fois que je suis allée à la bibliothèque. Lues en moins de 3 heures, ces quelques 153 pages sont passées à toute vitesse. L’histoire est très originale, le format amusant. On découvre plein de dessins de Marion Puech qui illustrent et expliquent certains aspect de l’aventure de Zach. Il est accessible à partir de 9 ans. J’ai découvert que cette histoire d’évadés d’Alcatraz était bien réelle. Séverine Vidal a conservé les noms des trois fugitifs et l’illustratrice a même grossièrement reproduit l’île à l’identique. Ça ne donne que plus de valeur au récit. Les personnages sont attachants et l’intrigue relativement bien ficelée. Je reste cependant sur ma faim à cause du paradoxe temporel qui n’est pas du tout expliqué. Mais pour un roman enfant, je suppose qu’il ne faut pas aller trop loin. Même si Zach fait lui-même remarquer cette incohérence au lecteur au cours de ses péripéties. La drôle d’évasion m’a fait passer un bon moment de lecture. Je me suis même surprise à sourire à certains passages, notamment à la découverte des notes de bas de page. Je n’ai cependant pas adoré au point de lui accorder la note incroyable qu’il a obtenu sur Livraddict (18 !).

Note : 15/20

Ce livre en un mot : Original

Publié dans Chronique | Tagué , | Laisser un commentaire

Chroniques lunaires, tome 2 : Scarlet

Titre : Chroniques lunaires, tome 2 : Scarlet

Auteur : Marissa Meyer

Editeur : PKJ

Prix :  17.90 €

Nombre de pages : 476

Quatrième de couverture : Bien loin de l’Asie et du royaume de l’Empereur Kai, la grand-mère de Scarlet Benoit est portée disparue. Scarlet réalise alors qu’elle n’a jamais su qui était vraiment son aînée et quels dangers pouvaient bien la menacer. Quand elle rencontre Loup, un mystérieux street-fighter qui semble savoir où est sa grand-mère, elle n’a d’autre choix que de lui faire confiance. C’est en menant leur enquête que Scarlet et Loup croisent la route de Cinder. Ensemble, ils se ligueront contre Levana, la vicieuse Reine lunaire prête à tout pour asservir les Terriens et épouser l’Empereur Kai.

Mon passage préféré :

« – Au cas où tu changerais d’avis, je suis presque tous les soirs à l’ancienne ferme des Morel. Je ne suis peut-être pas très doué avec les gens, mais je crois que je pourrais m’habituer à la vie de paysan. (Une pointe d’amusement creusa les coins de sa bouche.) Je m’entends bien avec les bêtes.

– Oh, j’en suis sûre, dit Scarlet avec un sourire encourageant.

Elle claqua la portière avant de marmonner :

– Tous les animaux de la ferme adorent le Loup. »

Mon avis : Heureusement que j’avais téléchargé ce tome 2 en même temps que le premier volume parce que je ne sais pas si j’aurais été capable d’attendre pour lire la suite. Si le titre et la couverture nous informe de l’arrivée d’un nouveau personnage (Scarlet, le Petit Chaperon Rouge), Cinder est toujours présente. On altèrne entre des chapitres qui sont consacrés à son évasion, sa cavale et sa quête de Michelle Benoit pour en découvrir plus sur ses origines, et le point de vue de Scarlet qui tente de retrouver sa grand-mère disparue. Et non, ce n’est pas pour lui apporter des galettes et un petit pot de beurre. Scarlet, qui est légèrement plus âgée que Cinder, n’a pas eu une enfance très heureuse et sa grand-mère est tout ce qui lui reste. Quand elle fait la connaissance de Loup (je vous laisse deviner quel personnage il est supposé représenter…), sa vie bascule à nouveau. Pour le meilleur ou pour le pire ? C’est que ce que nous propose de découvrir Marissa Meyer dans cette histoire. Et parallèlement, on jette des petits coups d’œil sur la Communauté Orientale et les tentatives pas très convaincantes veine de l’Empereur Kai pour remettre la main sur Cinder. La Reine de la Lune est toujours là et plus que jamais décidée à retrouver sa nièce et à s’emparer du pouvoir sur Terre par n’importe quel moyen. J’ai beaucoup aimé ce deuxième épisode, autant que le premier. Ni plus, ni moins, je dirais. Les personnages sont géniaux. J’ai eu un peu de mal avec Scarlet au début mais je m’y suis vite habituée. Et Loup est fantastique. J’ai adoré retrouver Iko, même si elle débarque sous une forme inattendue. Thorne me tape un peu sur les nerfs. J’espère qu’il s’améliorera par la suite. J’ai trouvé le scénario plus violent que le précédent. Pourtant, dans Cinder, on découvrait les ravages de la létumose et les expériences du Dr Erland. Ici, les scènes de massacre sont assez détaillées pour qu’on s’imagine au cœur du chaos. C’est à vous donner la chair de poule. Si à la fin du premier tome des Chroniques lunaires, nous n’étions pas certains de la direction que nous allions prendre, à la fin de Scarlet, Cinder expose clairement son plan. Je pense que la seule chose qui me perturbe un peu dans cette histoire, c’est son côté science-fiction. Et c’est sans doute pour ça que je ne parviens pas à lui donner une meilleure note. Peut-être qu’avec Cress, je réussirais à dépasser ma réticence. Bien entendu, je possède déjà le troisième tome. J’ai quelques lectures de prévues avant de pouvoir m’y atteler mais je sais que je ne mettrais pas bien longtemps à replonger dans l’univers fascinant de Marissa Meyer.

Note : 17/20

Ce livre en un mot : Bestial

Publié dans Chronique | Tagué , | Laisser un commentaire

Chroniques lunaires, tome 1 : Cinder

Titre : Chroniques lunaires, tome 1 : Cinder

Auteur : Marissa Meyer

Editeur : PKJ

Prix :  17.90 €

Nombre de pages : 412

Quatrième de couverture : A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre. Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune ! Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

Mon passage préféré :

– Avez-vous déjà côtoyé des malades en Europe ? La pandémie était-elle très présente dans votre région ?
– Je n’en sais rien. Je ne me souviens plus de rien avant mon opération.
Il haussa les sourcils. Ses yeux bleus parurent absorber toute la lumière de la pièce.
– Votre opération cybernétique ?
– Non, mon changement de sexe.
Le sourire du médecin s’effaça.
– Je plaisante.

Mon avis : Il y a plusieurs mois que je suis tombée sur cette saga et le côté contes détournés et les couvertures des tomes m’ont immédiatement attirée. Mais l’aspect science-fiction me laissait assez perplexe parce que c’est un genre que je n’ai jamais aimé. Et puis la semaine dernière, en attendant que le sol de mon salon sèche après y avoir passé la serpillière, j’ai cherché des vidéos à regarder sur Youtube et je suis arrivée par hasard sur la chaîne Les lectures de Nine. La première vidéo que j’ai lancée était un unboxing de cadeaux d’anniversaire où Pauline déballait un tome hors série des Chroniques lunaires. Elle était tellement enthousiaste par rapport à cette série qu’elle m’a convaincue d’essayer. Et je la remercie du fond du coeur parce que j’ai adoré. J’avais peur d’avoir du mal à entrer dans l’histoire mais au final, j’ai plongé dedans vraiment facilement. Je n’ai eu aucun mal à me représenter la « Nouvelle Pékin » décrite par Marissa Meyer et que j’ai trouvé très réaliste. L’action se déroule plus de 120 ans après la Quatrième Guerre Mondiale. Les peuples de la Terre se sont alliés pour maintenir la paix mais craignent à tout instant une déclaration de guerre de Levana, Reine de la Lune (aka The Evil Queen). Evidemment, comme il s’agit du conte de Cendrillon (Quoi ? Vous n’aviez pas deviné ? Elle s’appelle quand même Cinder… Oui, bon d’accord, The Evil Queen, c’est Blanche-Neige mais bon…), on connait déjà plus ou moins la trame de l’histoire. Pour tout dire, tout est même carrément prévisible. Et pourtant, l’auteur réussi à nous surprendre en déplaçant l’intrigue en orient dans un futur qu’on espère lointain, en ajoutant des éléments totalement inédits et en mixant plusieurs histoires. On pense ne pas être surpris mais à chaque révélation attendue, une nouvelle information complètement incroyable survient. Chaque personnage est remarquable. Adri est monstrueuse, Pearl insupportable, Peony touchante, Iko incroyablement drôle, Kaito séduisant et Cinder courageuse. Il y a un personnage que j’ai particulièrement apprécié et j’espère que Marissa Meyer va prendre un peu plus de temps pour s’intéresser à lui dans les tomes suivants. Pour ne pas vous spoiler, je ne dévoilerai pas son nom ici. Il y avait longtemps qu’un roman ne m’avait pas tenue éveillée aussi tard… Je me suis couchées à 1h30 parce qu’il me restait 50 pages que je voulais absolument terminer. Heureusement, j’ai téléchargé le tome 2. Si j’avais dû attendre pour le lire, je crois que je n’aurais pas survécu, psychologiquement. Parce qu’en plus d’avoir passé un super moment, j’ai été surexcitée par le cliffhanger. Je n’étais pas loin du coup de coeur. Et honnêtement, je suis incapable de vous dire ce qui m’a manqué. Peut-être un peu plus de romance ? Suite au prochain épisode…

Note : 17/20

Ce livre en un mot : Inattendu

Publié dans Chronique | Tagué , , , | Laisser un commentaire